Pour cette journée internationale de lutte des travailleuses·eurs, le mouvement climat, les associations pour la justice sociale et les syndicats s’unissent pour affronter ensemble les urgences écologiques, sociales et démocratiques.

« Ensemble, à nos balcons et nos fenêtres nous ferons entendre notre chants et nos slogans pour donner à voir le Jour d’Après et pour dénoncer les choix des dirigeants politiques des dernières décennies : la croissance à tout prix pour le profit d’une minorité » explique Léa Vavasseur, porte-parole d’Alternatiba.

Ce Jour d’Après est déjà porté sur tous les territoires par des milliers de personnes qui mettent en place des alternatives pour changer nos habitudes de vie consuméristes. « Ces alternatives doivent être généralisées. Cette crise confirme que les racines du système doivent être changées en profondeur pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et se préparer aux prochains chocs, avec pour boussoles la justice sociale, la répartition des richesses, le développement des services publics, et la préservation des écosystèmes » continue Pauline Boyer, porte-parole d’ANV-COP21.

Le premier mai 2020, nous serons confiné-es, mais mobilisé-es pour une société solidaire et un Jour d’Après écologique, social et inclusif.

Découvrir l’initiative: https://alternatiba.eu/2020/04/un-premier-mai-festif-et-determine/

Image par Дмитрий Мошнин de Pixabay